L’essentiel

Anédas s'engage sur des valeurs universelles

ANEDAS_memoire_collective.png

Mémoire collective

Faire évoluer les perceptions de l’Histoire pour renforcer la cohésion nationale au-delà des communautés individuelles

L’histoire des pays subsahariens est liée à la France et à l’Occident en général. Toutefois, il est dommage pour autant d’occulter l’Histoire propre de l’Afrique subsaharienne. C’est pourquoi il convient de rééquilibrer les perceptions aujourd’hui malheureusement focalisées sur la période coloniale. Le récit national de chaque pays doit être revalorisé, expliqué, replacé dans son contexte. Cette correction doit intervenir par l’enseignement et l’échange. En commençant par interroger voire retirer les représentations dégradantes visibles encore aujourd’hui dans les livres scolaires.

ANEDAS_formation_filles.png

Formation des fillettes

 

Comment réussir économiquement quand la moitié de la population est ostracisée ?

La formation des fillettes est un enjeu de justice sociale. Mais pas uniquement.

Les femmes travaillent et souvent plus que leurs homologues masculins.

Seulement, elles restent majoritairement cantonnées aux travaux domestiques et éloignées de la création de richesse. D’après une estimation de la Banque mondiale, la non-contribution des femmes au produit intérieur brut a été estimée entre 112 et 152 milliards de manque à gagner par an. Face aux freins culturels, familiaux, structurels, qui existent encore, Anédas s’engage à favoriser l’échange, motiver les évolutions et contribuer à tout ce qui permettra de donner pleinement leur place aux femmes.

ANEDAS_universite_avenir.png

Université d’avenir

 

L’enseignement supérieur est l’une des clés de progrès des pays subsahariens et de leurs ressortissants en France

L’enseignement supérieur en Afrique subsaharienne fait face à de nombreux enjeux : son rayonnement international à construire, sa capacité à absorber la croissance explosive des effectifs dans l’enseignement supérieur, l’inclusion des filles dans les effectifs étudiants, l’insuffisance des ressources… Compte tenu de son rôle dans la croissance économique et le développement humain, les universités engagent leur révolution culturelle, structurelle et fonctionnelle. En effet, parmi ces enjeux, et certainement à traiter en priorité, l’université se doit d’être connectée à son territoire. L’enseignement universitaire qu’elle dispense doit être utile à l’écosystème local.

ANEDAS_transfert_argent.png
 

Transfert d’argent

Le transfert d’argent est un symptôme inquiétant de l’état de l’économie dans les pays subsahariens et de leurs ressortissants

Au-delà des commissions prises par les opérateurs de transfert d’argent,

différentes spécificités économiques bloquent l’avancée de nos pays. Jusqu’à 30 % des richesses de certains pays subsahariens proviennent directement des transferts d’argent des diasporas. Les familles restées en Afrique sont à la fois soutenues et maintenues en dépendance par ces ressources. Pour les ressortissants en France et ailleurs, c’est un effort financier parfois insoutenable pour répondre aux sollicitations et attentes de leur famille. Des solutions existent et Anédas s’engage à en favoriser l’éclosion : changement culturel et éthique des banques, facilitation du recours à l’emprunt, économie sociale et solidaire… toutes ces formes d’ingénierie financière susceptibles de libérer l’énergie des entreprenants et de faciliter la vie quotidienne.

ANEDAS_reussir_ici.png
 

Réussir ici et là-bas

La réussite n’est malheureusement pas seulement une affaire de mérite

Chacun, en France autant qu’en Afrique subsaharienne, tend légitimement à réussir sur le plan matériel : réussir ses études, trouver son emploi et son logement.

À chacune de ces étapes, des obstacles se présentent. Accéder à l’enseignement, pour les filles, une première difficulté. Trouver un stage, un apprentissage ou un emploi, un obstacle avéré en France. Surpasser les discriminations pourtant illégales en France lors de la recherche de location d’un appartement… Anédas, par ses partenariats avec les associations, les institutions et les entreprises travaille à gommer tous les « empêchements » pour redonner toute sa valeur à la méritocratie.

 
ANEDAS_elus_citoyens.png

Des élus et des citoyens

Transpartisane, démocratique et légitime, Anédas s’engage pour un monde où « chaque voix compte* »

Inspirée, guidée et animée par la notion de bien commun, Anédas est le fruit d'une volonté d'élus. Des personnalités qui se sont présentées aux suffrages de leurs concitoyens ou qui sont impliquées au service des citoyens. La liberté, l'intérêt général et la démocratie motivent chaque action de l'association. Cette démarche a une double vocation. Être audible auprès des institutions par notre réelle représentativité et notre force de rassemblement. « Exister, c'est exister Politiquement** ». Et par ailleurs, inciter chacun en France ou en Afrique à contribuer et participer à la vie politique. Par son vote, par son implication associative voire son militantisme, quel qu'il soit.

 (*) « Every vote counts » Barack Obama     (**) Abdelmalek Sayad

 

Santé

ANEDAS_sante.png

Agir politiquement pour une offre de soins adaptée, équitable et accessible à tous

Au-delà des œuvres caritatives indispensables, permettant çà et là de fournir un équipement ou de construire un hôpital, Anédas tient à agir sur le plan politique. Susciter le débat, initier des projets avec les autorités locales, informer les populations, lutter pour l’égal accès aux traitements internationaux... Anédas tient à alerter sur la particularité de l’Afrique, touchée par certaines maladies spécifiques,

et sur les dangers d’une prise en charge payante dans des contextes de pauvreté extrême. L’Afrique doit donc trouver sa juste place pour faciliter l’accès aux traitements et vaccins et pour inciter les professionnels de santé à exercer en Afrique et pallier au manque de personnel qualifié.